Partagez | .
 

 Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Himawari Hozuki
Messages : 2
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2013

I.D.C.A.R.D
M.a.i.s.o.n: Rubis Hearts
P.o.u.v.o.i.r: Elementum : Aqua
B.l.o.c.N.o.t.e.s: Mets ici tout ce qui te passe par la tête !
MessageSujet: Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]   Ven 10 Mai - 15:50

Himawari Hozuki




❯ FEAT : Orihime Inoue
Carte d'Identitée


❯ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 28 octobre
❯ AGE : 18 ans
❯ SEXE : Femme
❯ ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuel
❯ CATÉGORIE DE POUVOIR : Elementum ou Mentis
❯ BUT : Aucun en particulier, sauf peut être réussir ses études
❯ PARTICULARITÉS : Est toujours "stalké" par son frère qui ne la lâche jamais, usant de son pouvoir de créatura canin pour la suivre où qu'elle aille.

Gareki Hozuki - feat Gareki Karneval - Gareki est le frère jumeau de Himawari, bien que l’aîné de quelques minutes. Il est extrêmement protecteur envers elle, d'une manière plutôt étouffante d'ailleurs puisqu'il ne la lâche jamais et fait usage de ses pouvoirs pour la suivre en permanence. D'un naturel extrêmement dissipé, roi des feignants, et optionnellement professionnel dans le manque de tact absolu, Gareki est le genre de garçon qui aime sa liberté et a qui le travail l'insupporte. Pourtant il prend très à cœur la protection de sa petite sœur et son côté papa poule ne facilite pas la vie à la demoiselle qui doit demander sa permission pour ne serait-ce que parler à quelqu'un.



Plic, ploc...

La pluie, fin voile d’eau tombé du ciel, aussi bien bon que mauvais présage. L’eau, c’est un élément pourtant empli de bienveillance, signe de fraîcheur dans nos étés les plus chauds, venant étancher la soif de tous les êtres vivants sur ces terres. Pourtant certains la voyaient comme signe de mauvaises choses, de tristesse, de mort même. La pluie n’annonçait jamais rien de bon pour la plupart des gens et l’on préfère s’en cacher, la fuir contre un peu de soleil, contre un peu de gaieté que ses larmes du firmament semblait emporter avec elles dans leur chute inconsciente vers la terre.
Le soleil d’ailleurs, qu’est-il ? Tu ne l’avais jamais vu jusqu’alors, cet astre qu’on dit de lumière douce et réconfortante. Jamais tu n’avais vu ses rayons, ses sublimes cheveux d’ors chatouiller la voûte céleste de tes souvenirs d’enfance. Peut-être l’avais-tu déjà vu dans le passé, mais chacun de tes souvenirs se résumait à ce ciel gris et maussade qui servait de théâtre à quelque drame ou moments heureux. Et oui, pourquoi la pluie ne pourrait-elle pas abriter le bonheur ?

Le souvenir le plus lointain que tu ais ? Il s’agit pourtant du plus clair et limpide que tu possèdes. Tu ne devais pas être bien âgée, peut être au mieux avais-tu l’âge de parler seule, distinctement, avec cette petite voix enfantine qui résonnait derrière le carreau de la petite chambre.
Une voix douce et féminine te comptait une histoire, ta mère à n’en douter, tu n’avais pas de mal à la reconnaître étant donné à tel point vous vous ressemblez. Elle avait ce joli sourire, rayonnant de bienveillance alors que son regard malicieux parcourait les lignes de l’ouvrage qu’elle tenait entre ses doigts. Assise sur le rebord du sommier, elle lisait lentement, animant parfois quelques morceaux dramatiques de cette histoire, dont tu ne te souviens même plus de l’intitulé, en singeant les cris de monstre dans des mimiques absolument ridicules.
Tu n’étais pas seule d’ailleurs, chaudement blottie sous la couette. Ton frère aussi était là, caché dessous, tremblant comme une feuille à l’idée que tous ces jolis contes soient vrais. Et dire qu’il était trouillard à l’époque, les choses ont bien changé.
Et puis il questionna votre mère, Masaki, sur votre père disparu. Bien que la chose lui semblait difficile, ces deux grandes paires d’yeux innocents l’avaient convaincu de conter une autre histoire, la sienne, et bien que les souvenirs de ce récit ne soient que vague, tu te souviens très bien l’avoir entendu dire qu’il était un de ces hommes fabuleux qu’elle avait cru sorti de ses plus beaux rêves de prince charmant, et qu’il est celui qui a rendu ta mère heureuse, le temps d’un amour, le temps d'une vie, la sienne, avant qu’il ne parte la perdre. Elle ne sait où, peut après votre naissance à tous les deux.

Sur ces quelques mots, elle vous avait simplement serré dans ses bras, répétait mille et une fois qu’elle vous aimait plus que tout, avant de partir se recueillir sur la tombe de celui qu’elle avait aimé et qui lui avait offert deux ravissants soleils qui l’éclairaient chaque soir de pluie, comme celui-ci.

Un trou noir ensuite, vint remplacer une période de plus de cinq ans. Cinq ans d’insouciance, à n’en douter, sans le moindre souvenir pour venir confirmer cette théorie qui, quelque part, s’avérait bien exact. Se trouve ici alors des bribes de souvenirs, vagues, dont l’un d’eux t’avait peut-être plus marqué que d’autres petites scènes d’un quotidien paisible d’une mère et ses deux enfants.

C’était encore un jour de pluie, allez-savoir pourquoi chacun de tes souvenirs en étaient imprégné, et ta mère alors, t’avait dis que quoi qu’il arrive votre père vous surveillait depuis le ciel.
Alors tu regardais le ciel curieusement, te posant mille et une questions que se poserait un enfant.
Ne peut-il pas redescendre ? Est-il tout seul là-haut ? C’était le genre d’interrogations qui te passait par la tête, recroquevillée sur ton lit, le nez collé contre la fenêtre et le menton posé sur tes genoux. Des interrogations d’enfants, d’une enfant, dont le seul appui paternel demeurait être son frère qui prenait désespérément ce rôle à cœur, si bien qu’il se voyait comme le père de la famille, l’homme qui se devait de protéger les autres. Mais en essayant de bien faire, il a inévitablement plongé sa propre famille dans les dettes.

Ton dernier souvenir, c’est ce soir de pluie rude et fraiche qui inondait vos visages, le lendemain de vos 16 ans.
L’air grave de ta mère t’avait alors intrigué alors que tu glissais un œil par le pallier de ta chambre. Elle sermonnait bêtement son fils, visiblement remontée de ses actes inconscients. Cet imbécile avait frôlé la mort simplement pour s’assurer que tu ne fréquentais pas de gens malhonnêtes. Bien évidemment, c’est lui qui en fréquentait, pour payer ces petites attentions curieusement couteuses qu’il vous offrait à l’occasion, alors qu’il était un parfait incompétent dans le domaine scolaire doublé d’un extraordinaire feignant.
C’était un excès de rage qui l’avait alors emportée face au garçon qui voulait se justifier. Jamais tu ne l’avais vu si colérique, rageuse contre les paroles du brun qui semblait comme passer dans l’oreille d’un sourd. Le son de la gifle, la marque rouge de sa main sur la joue du jeune homme t’avait affecté profondément. Et finalement il avait pris la porte, un sac d’affaire à la main, et pour seule arme contre la jungle hostile qu’est la ville son téléphone qui, au moment où il passa le pallier, sonna.

Tu t’approchas alors, doucement de la veuve qui avait trouvé refuge dans sa chambre. Son sourire avait disparu, effacé par le temps et le chagrin, par la pluie aussi, et elle regardait par la fenêtre de sa chambre, l’air songeuse, une photo à la main de celui qu’elle avait aimé et qu’elle ne pouvait pas oublier serré contre le cœur.
Parait-il qu’il avait trouvé la mort dans un accident de voiture, comme Gareki l’avait manqué de peu.

Suite à cela, tout ressemble à une vie floue bien plus triste et morne que les années précédentes. Une simple année c’était alors écoulé sans nouvelles de ton frère, et à tes 17 ans tu avais décidé de t’envoler aussi de tes propres ailes.
Elle s’était résolue, à laisser son dernier amour partir. Et c’est alors que tu reçus ce bref message, en passant la grille de ce que tu pensais alors être, un internat sans histoire.

« Bonjour Himawari Hozuki, comment vas-tu ? J'espère que ta réponse est bien, car tu t'engages dans une expérience qui ne finira jamais. Tu vas entrer dans l'aventure d'une expérience inédite... Tu as été choisi par mes propres soins, j'espère pour toi que je ne me suis pas trompé sur mon choix. Rends-toi à cette adresse : Jail Chessboard. Tu le trouveras de toi-même. Prépares-toi à entrer dans une école unique, mon cher, sois bien prêt pour subir mon expérience. Tu vas tout oublier, absolument TOUT. Gnihihi. Tu ne connais que ton identité de base, tu sais juste comment réagir, mais ton histoire... Tu te demanderas quelle est-elle. Peut-être que je te la raconterais, gnihihi !

Bonne chance, survis à MON expérience... S'il te plaît.

L'Astronaute. »


Il y a un an déjà, tu ne t’imaginais pas pouvoir retrouver ton frère sous la plus drôle des apparences. Un chien qui désormais te suit comme ton ombre, s’étant donné lui-même pour mission de te protéger de cet univers hostile où, étrangement, ni la pluie, ni le destin ne sont rois.



La bonté n’est pas une vertu lorsque l’on parvient à la retourner contre soi. C’est un sentiment fragile, un mélange de gentillesse et d’altruisme qui fait qu’une personne est bonne envers son prochain. L’on peut dire sans craindre de se tromper que c’est ton cas. Tu es une personne désespérément trop altruiste, trop généreuse envers les autres. Si bien que tu t’en oublies toi-même, que tu te négliges à trop vouloir en faire.

Un jeune homme, un jour, ne t’avait-il alors pas dit que tu devais être un peu égoïste pour espérer pouvoir t’occuper des autres comme il le faut ?

Depuis enfant, c’est une chose qui te caractérise beaucoup, cette bienveillance aveugle que tu portes envers n’importe qui. Ce qui te vaut encore une naïveté adorable, une jolie chose qui pourtant s’avère à double tranchant, parce que cette même naïveté te rend influençable, tellement manipulable que tu en deviendrais si facilement une simple marionnette, une jolie poupée aux mains de quelqu’un d’assez rusé pour te berner de jolies paroles.
On croirait presque qu’il s’agit là d’innocence, bien que sur beaucoup de choses tu te montres ainsi. Tu n’es cependant pas ignorante, et le brin de perversité dont on te sait déjà capable contredit un peu cette idée de pureté qu’on aurait tendance à t’associer un peu trop vite. Oui messieurs, cette eau est certifiée potable.
Enfant, tu étais aussi un comble de timidité, de gêne idiote aux moindres de tes gestes. Le simple fait de respirer te faisait presque rougir comme une tomate bien mûre, bafouiller d’incompréhensibles paroles que même dieu en personne n’aurait pu comprendre. Quelque chose d’amusant, je vous l’accorde, mais qui s’est estompé avec le temps et l’assurance que tu as pris. Même si tu restes relativement introvertie, ne parlant pas beaucoup aux inconnus.
En revanche, parlons de ton comportement en présence de bonnes connaissances. D’une amie par exemple ? Eh bien, tu n’en as pas énormément, mais tu es quelqu’un d’attaché et de fidèle, qui n’est pas du genre à laisser tomber des vrais amis. Tu peux te montrer alors relativement bavarde, ouverte, bien que ce qui te pèse sur le cœur et la pensée reste bien au chaud dans ta tête. Tu ne parles que très peu de toi, de ce que tu penses, préférant bien plus écouter les autres se confier plutôt que de s’abattre sur son propre sort. Encore une preuve de ta gentillesse.

Il y a aussi une chose, une seule qui pourrait te définir à elle seule. Tu es gourmande, une incorrigible gloutonne qui mangerait pour six sans gagner un seul kilo. Curieux, n’est-ce pas ? Et bien ce n’est pas vraiment le physique qui te gène du moment que tu peux te goinfrer à loisir, et profiter de ses gâteries dont tu ne peux décidément pas te passer. Une sorte de drogue, les pâtisseries surtout, voire même tout ce qui est sucré, a le don de te faire craquer sur le champ.
Ce qui nous amène à ton comportement légèrement… Comment dire… Loufoque parfois. Il arrive parfois, comme pas mal d’êtres humains me direz-vous, que tu réagisses de manière très… étrange. Et il n’est pas rare que tu te mettes à glousser pour un rien, ou à te parler toute seule en te maudissant tout fort d’un air théâtral d’on ne sait quel misère tu aurais imposé aux bestioles que tu aurais peut-être malencontreusement écrasé sans faire attention. Paix ait l’âme de toutes ces fourmis.
Tu as même parfois des expressions assez particulières. La plus courante que tu utilises souvent demeurant être que la pluie tombe de tes yeux au lieu de dire pleurer, tout simplement.

Que dire d’autre encore, sur un caractère assez particulier d’une jeune fille pourtant assez banale d’apparence ? Et bien tu es une curieuse sorte de garçon manqué, doté du savoir-vivre de certains hommes notamment quand il se remplisse l’estomac. Mais ça ne t’empêche pas pour autant de savoir faire preuve d’une certaine féminité, notamment dans ta façon d’agir et dans ta façon de te vêtir.
Tu es également symbole d’une joie de vivre sans faille, tu es de ce genre de fille qui ne se laisse pas démonter facilement et qui positive en permanence. Avec ce sourire omniprésent, ce soleil ambulant qui flotte sur tes lèvres, irradiant de bienveillance et de gaieté. Une optimiste voilà ce que tu es, une personne qui est persuadée qu’après la pluie viendra le beau temps. Sans se douter qu’il y a toujours le calme avant la tempête.



Il n’y a pas de banalité en ce monde, ni de normalité. Chaque être, aussi diffèrent soit-il, montre toujours un petit quelque chose qui le rend unique contrairement aux autres. Autant peut-il s’agir de petits détails caractériels, comme il peut aussi être le cas d’un physique bien particulier, qui vous ressemble et vous représente plus ou moins bien. Une enveloppe de chair aux traits si propres à votre personne, qui représente aussi l’être humain comme tel et qui a l’incroyable capacité de retranscrire les pensées et émotions comme le ciel le ferait pour les humeurs de la nature.

Ton physique a cette chose particulière qu’est son apparente banalité. Simple, épuré, l’on pourrait penser t’avoir déjà vu tant ton corps n’apporte rien de spécialement flagrant. Pas de signe vraiment particulier, une couleur de cheveux banale, tant de chose qui font que tu te glisses dans la masse comme une goutte de pluie au milieu de tant d’autres. Et pourtant, aucune autre ne lui ressemble à cette petite perle d’eau tombée du ciel.
Dont le destin est inévitablement de venir s’écraser contre le sol, sans un bruit.

Pourtant tu te montres unique, comme tous ces êtres peuplant nos terres, par ton caractère déjà, mais aussi par cette enveloppe qui protège ce condensé d’innocences et de bonnes intentions un peu naïves. Si l’on prenait chaque parcelle de ton corps, il ne serait pas difficile de trouver un petit quelque chose de différent. Même si, à si méprendre, ni ton corps ni ta faciès ne semblent dotés de particularités uniques.

Commençons donc par ta tête, simple dans ses traits, ceux-ci étant plutôt fins. Il s’agit d’un visage plutôt rond, s’affinant au niveau du menton pour finir en une pointe légèrement arrondie. Si nous remontons un peu, nous pouvons voir une petite bouche, aux lèvres charnus, dont la couleur chair tirant légèrement sur le rosée ne laisserait pas indiffèrent quelques gourmands, d’autant plus que son gout pour la pâtisserie pourrait amener les plus imaginatifs à imaginer le gout légèrement sucré de ses douces lèvres, souvent écarté en un vaste sourire laissant apparaître une dentition des plus impeccable. Aussi lumineux qu’un soleil, rayonnant d’un bonheur et témoignant d’une naïveté navrante pour une jeune fille entrant tout juste dans le vrai monde, du moins celui qu’on croit être le vrai.
Si nous remontons encore, nous nous retrouvons nez à nez avec une charmante petite truffe toute fine, remontant légèrement à son bout et dont les naseaux sont raisonnablement ouverts et écartés pour conserver l’harmonie régnant sur ta jolie frimousse.
Plus au-dessus, incrustées dans ton visage comme de belles pierres d’ambres dans un bijou, deux ravissantes mirettes, scintillantes. Deux yeux brillants de leur lueur entre mi- dorée et mi- ambrée surmontés de fins sourcils arquées, simplement tracés d’un simple trait chacun.
Puis vient ton front, normalement proportionné. Sans grande particularité.

Qu’en est-il de ton corps alors ? Et bien ta corpulence en elle-même, plutôt mince, est en énorme contradiction avec ta gourmandise un peu excessive qui, curieusement, ne te fait pas gagner un gramme. Ou plutôt, pas un gramme dans tes hanches fines, ton ventre plat, ou ton fessier plutôt irréprochable d’un point de vue expert et entièrement masculin. Plutôt dans ton opulente poitrine, imposante, deux seins ronds et fermes que l’on pourrait qualifier d’on ne peut mieux former pour une jeune femme de cette âge, tout juste sortie de la puberté. Disons que certains aimeraient bien attarder des mains baladeuses dessus, mais il y a tout de même une limite à ta naïveté un peu inconsciente, et il va s’en dire que le premier à s’y être essayer fut bien le dernier étant donné l’aller-retour qu’il s’est pris. Mais si, par une chance effroyable, vous parveniez à pouvoir attarder vos doigts dessus, certainement pourriez-vous sentir le doux touché de sa peau et par la même occasion pourriez-vous-même redessiner les traits légers de ces étranges attributs féminins tout en rondeurs, bien fermes, et suffisamment maintenus par quelques bouts de tissus pour que leurs masses ne gênent pas.

Mais passons ces détails qui plairont particulièrement à ces messieurs pour passer à ce qui semble plus accessible, soit la couleur de sa peau, satinée, teintée d’une belle couleur pèche. Cette même enveloppe de tissus de chair qui recouvre des muscles fins, tant qu’on ne les distingue pas, bien que ta forme physique soit au meilleur et qu’on le ressente bien dans tes déplacements, à la fois gracieux, et acrobates. La souplesse est un atout important que tu as su mettre à profit et qui se ressent dans des actions du quotidien comme un simple mouvement de poignet, ceux-ci se montrant alors tout aussi gracile que ta démarche féminine et élégante.

Nous pourrions alors clore cette description par une vague revue de ta garde-robe, plutôt varié, mais assez simplette pour une fille. Disons que tu n’es pas particulièrement coquette, et que des artifices comme du maquillage ou des bijoux ne sont pas vraiment ta tasse de thé. L’on peut donc résumer simplement par des vêtements aux couleurs simples, mais claires, comme du blanc, ou quelques fois des choses un peu plus colorés. Des jupes longues, aux larges maillots, tu restes relativement varié dans tes choix qui s’adaptent généralement au temps, mais aussi aux activités.


Yeah Geek Power !!!
Pseudo : Jycouille la fripouille
Tu as quel âge ? 14 piges
Tu nous a trouvé où ? To the V1 dawaa
Et t'en penses quoi ? Et j'en pense toujours la même chose mes chetiflors
T'as un autre compte ? Lequel ? Aucun
T'as pas un truc à nous dire hein ? Ce code a été taxé par une vilaine fille ~ Yeah c'est fresh ça 8D
Mais encore ? *o* Mais encore que j'ai pris un autre codage, en espérant que ça ne dérange pas.
© Never-Utopia © code réalisée par Koalz


Dernière édition par Himawari Hozuki le Sam 11 Mai - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Himawari Hozuki
Messages : 2
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2013

I.D.C.A.R.D
M.a.i.s.o.n: Rubis Hearts
P.o.u.v.o.i.r: Elementum : Aqua
B.l.o.c.N.o.t.e.s: Mets ici tout ce qui te passe par la tête !
MessageSujet: Re: Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]   Ven 10 Mai - 20:09

Excusez moi du double post. Je tenais juste à dire que ma présentation était terminée. Bonne lecture ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wen-chan ~♥
avatar
Alexia Himeka
Wen-chan ~♥
Féminin Messages : 16
Réputation : 1
Date d'inscription : 28/02/2013
Localisation : In your ass, bitch.

I.D.C.A.R.D
M.a.i.s.o.n: Chimera Tears
P.o.u.v.o.i.r: Elementum ~ Aera
B.l.o.c.N.o.t.e.s: Penser à tant-poney ma lettre. Ahaha !
MessageSujet: Re: Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]   Sam 11 Mai - 13:42

Bienvenue Himawari ~ !

C'est une très jolie fiche que nous avons là ! Je ne suis pas fan de la seconde personne, la trouvant assez difficile à mettre en place, mais lorsque que c'est aussi bien tourné comme tu a su le faire ici, c'est vraiment plaisant à lire, bravo ~ En ce qui concerne ton pouvoir, nous te l'attriburons une fois que nous nous serons concertées. Je lance en attendant le dé, et j'espère que tu te plaira bien parmi-nous, aussi ~ :3

_________________


L'est swag mon neko !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MdJ
avatar
L'Astronaute
MdJ
Masculin Messages : 83
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/02/2013
Localisation : Juste là... Ah ben non, il n'y est plus.

I.D.C.A.R.D
M.a.i.s.o.n: Directeur
P.o.u.v.o.i.r: Tous les pouvoirs
B.l.o.c.N.o.t.e.s: Bonsoir.
MessageSujet: Re: Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]   Sam 11 Mai - 13:42

Le membre 'Alexia Himeka' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Attribution pouvoir' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jail-chessboard.bbactif.com
Fonda survoltée
avatar
Miaki Yuna
Fonda survoltée
Féminin Messages : 31
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/02/2013

I.D.C.A.R.D
M.a.i.s.o.n: Emeraude Shamrock
P.o.u.v.o.i.r: Elementum - Light
B.l.o.c.N.o.t.e.s: Mets ici tout ce qui te passe par la tête !
MessageSujet: Re: Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]   Lun 13 Mai - 18:16

Bienvenue à toi Himawari ! C'est une très jolie présentation, j'ai bien aimé la lire. Comme la dit Alexia on se concerte sur ton pouvoir et on revient vers toi sous peu ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda survoltée
avatar
Miaki Yuna
Fonda survoltée
Féminin Messages : 31
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/02/2013

I.D.C.A.R.D
M.a.i.s.o.n: Emeraude Shamrock
P.o.u.v.o.i.r: Elementum - Light
B.l.o.c.N.o.t.e.s: Mets ici tout ce qui te passe par la tête !
MessageSujet: Re: Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]   Lun 20 Mai - 9:05

Bonjour :3



Chère Himawari Hozuki, le staff de Jail Chessboard te déclare officiellement validée ! Toutefois, il reste encore quelques chose que tu dois apprendre. En effet, il faut que tu apprennes quelle est ta maison et surtout, quel est ton pouvoir.
Maison : Rubis Heart
Raison : Ta générosité et ta bienveillance (pour ne citer que les gros points) a fait penché la balance côté RH.
Catégorie de pouvoir demandée : Elementum ou Mentis.
Catégorie de pouvoir attribuée : Elementum.
Nom du pouvoir : Aqua
Description du pouvoir: Tu peux créer et manier de l'eau à volonté. Tout ton corps peut devenir aqueux. Tu peux également décider de la température de l'eau, ça pourra frôler les extrêmes avec une bonne maitrise.



Je te laisse commenter et je déplace ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Himawari Hozuki | Tell me what the rain knows [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche de Rain Maniko
» MILLA ♣ set fire to the rain
» AZS Ҩ Nobody, not even the rain has such small hands
» Présentation de Blue Rain
» Heavy Rain [mission]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BEGIN.SCHOOL :: i.d.c.a.r.d✿apprenons à nous connaître-